Programme national de développement local
Accueil » Actualités » Visite de la Banque mondiale à Dakar : les réalisations du Pndl dans la région de Thiès ciblées

Visite de la Banque mondiale à Dakar : les réalisations du Pndl dans la région de Thiès ciblées

Le Programme national de développement local (Pndl) va recevoir, dans la région de Thiès, les Autorités de la Banque mondiale basées à Washington, au cours d’une mission de travail au Sénégal. L’occasion sera saisie pour s’entretenir, avec les acteurs locaux, des Communautés rurales de Tassette et de Ngoudiane, de l’enjeu des infrastructures réalisées au cours de la mise en œuvre de leurs conventions de financement.

3 700 microprojets inscrits dans 867 conventions de financement signées avec la presque totalité des Collectivités locales du Sénégal, pour un montant de 30 milliards F cfa. Enorme. Le rythme de travail imprimé par le Programme national de développement local au cours des dernières années, au sein des Collectivités locales, confirme la vitalité de la dynamique de développement local notée dans notre pays.

Cette livraison frénétique d’infrastructures sociales de base rythmée par un intense processus de capacitation des acteurs locaux renseigne sur l’ambition soutenue des animateurs du Pndl, de mettre définitivement un terme aux gaps notés ça et là. Dans la perspective de l’atteinte des OMD avec une contribution réelle des Collectivités locales. Dans plusieurs secteurs d’activités dont les plus en vue sont respectivement l’hydraulique, l’éducation et la santé, le Pndl a accompagné les Collectivités locales à se doter d’une plateforme minimale d’infrastructures sociales de base. S’y ajoutent les multiples sessions de renforcement de capacités, avec, en toile de fond, un processus de planification locale impliquant près de 200 Collectivités locales.

L’analyse de ces données primaires s’effectue désormais à travers un système d’information et de suivi- évaluation du développement local. Un instrument qui comble un vide dans un secteur à fort potentiel de dynamisme. Cette approche de livraison de l’information s’accompagne aussi d’une démarche stratégique de mise en orbite des institutions pérennes de la Décentralisation, que sont les Agences régionales de développement (Ard), complètement bonifiées avec l’avènement du Pndl. Aujourd’hui, elles s’organisent suivant une approche stratégique avec l’élaboration de plans stratégiques de développement chevillés par une vision de communication qui les repositionnent comme les véritables artisans animateurs des processus en cours dans l’espace local.

Ce souci pratique de donner une nouvelle impulsion au développement local s’est entouré par la finalisation des réformes portées par les Agences d’exécution, à travers le Pndl. Des référentiels en matière de planification locale, de mise en œuvre de la Conférence régionale d’harmonisation, d’harmonisation des politiques sectorielles avec le Code des Collectivités locales, de contrôle de légalité, de modalités pratiques de mise en place de la fonction publique locale et d’érection du statut des élus locaux sont rendus accessibles avec le Pndl. Aussi, la mise à disposition, à temps, par le Gouvernement des ressources nécessaires à l’exécution des conventions de financement, par le biais du fonds d’équipement des collectivités locales, démontre l’option de l’Etat du Sénégal, à travers son cadre fédérateur, de faciliter la mise en œuvre des activités.

Guidé par l’expérimentation innovante des approches dans l’espace du développement local, le Pndl aménage des espaces de travail entre acteurs soumis aux mêmes contingences et exigences de résultats. Particulièrement dans la région de Louga, une expérience de développement économique local est en passe de s’offrir comme un modèle achevé et, dont sa capitalisation dans la nouvelle stratégie nationale de développement local, devrait baliser une nouvelle voie pour le développement local.

En décidant d’aller sur le terrain, les Autorités de la banque souhaitent apprécier l’état de mise en œuvre des activités du projet de développement local participatif, à travers une vue représentative. De manière pratique, la mission devra constater à Tassette et à Ngoudiane, le dynamisme de la gouvernance locale, à travers la mise en place :

  • d’une radio communautaire de Notto Diobasse dont l’installation survenue le 12 mai 2011 s’est traduite par un engouement réel auprès des populations locales. D’un rayon de couverture de 35 km à la ronde, l’unité de radio rural constitué d’un dispositif technique léger et économique, utilise du matériel polyvalent. Elle émet en modulation de fréquence avec une puissance d’environ 300W. D’un coût de 11 500 000 F cfa, la radio accompagne la population dans sa vie quotidienne en participant à l’effort de développement local, par la redynamisation de la culture locale, le renforcement de la cohésion sociale, et des populations sur certaines thématiques (bonne gouvernance locale, environnement et GRN, santé, éducation,…..). Notons que le Pndl met en œuvre une approche stratégique de communication au niveau national qui se traduit au niveau régional et local par l’accompagnement de 125 Collectivités locales à disposer d’un plan local de communication, et 07 Ard de plans stratégiques de communication.
  • d’une ambulance médicalisée à Notto Diobasse. Les nombreux problèmes de référence vers le district et l’hôpital de Thiès ; de déplacement (Stratégie Avancée du Programme Elargie de Vaccination), les faibles taux d’accouchement à succès et la diminution des accouchements à domicile, sont entre autres facteurs qui ont convaincu le Conseil rural à doter le poste de santé de cet équipement médicalisé. Depuis la réception de l’ambulance d’un coût de 18 900 000 F cfa, le 14 octobre 2010, il a été noté un relèvement du plateau technique du poste de santé, par sa participation à la liaison administrative du poste avec le district sanitaire et les autres postes de la localité. L’ambulance appuie aussi les autres postes qui n’en disposent pas, pour l’instant, sur la base d’une sollicitation.
    Rappelons que dans le domaine de la santé, le Pndl a accompagné les Collectivités locales, pour un montant de 4,3 milliards F CFA, à réaliser : 49 postes de santé équipés ; 25 postes de santé, 240 cases de santé équipées, 45 cases de santé, 37 murs de clôture pour poste et case de santé, 38 maternité, 33 logements pour agent de santé, 63 cases et postes de santé réhabilités.
  • d’un château d’eau à Ndoyène, qui vient combler un vide. En desservant 10 villages pour une population de 3053 habitants sur un rayon de 6 kms, le château d’eau en béton armé de 150m3 sur 15m de hauteur, d’un montant de 44 millions 319 300 f CFA définitivement réceptionné le 18 avril 2011, répond aux normes selon l’association des usagers de forages de Ndoyène qui assure l’entretien et la maintenance. Ce château d’eau a permis le raccordement au réseau du village de Keur birane. Il s’agit de la réalisation d’une extension de réseau d’adduction d’eau potable de 2000 mètres de linéaire avec deux (2) bornes fontaines en PVC DN 63, réceptionné le 07 avril 2011, pour un coût de 6 millions de F CFA. Faisant suite à l’accès difficile à l’eau potable en saison sèche du fait du tarissement des puits existants, il est noté i) une facilitation de l’accès à l’eau potable (douce), ii) une diminution des maladies hydriques, iii) un allégement des travaux des femmes (diminution des corvées d’eau), iv) un gain de temps et v) une augmentation des revenus des femmes.
    Dans le domaine de l’hydraulique, le Pndl a accompagné les Collectivités locales, pour un montant de 9,6 milliards, à réaliser : 1104 km de linéaire pour 1060 bornes fontaines ; 394 puits, 21 abreuvoirs, 5 château d’eau, 38 forages, 24 forages équipés.
  • d’un bloc de trois salles de classe dans le CEM de Ngoudiane d’un montant de 11 millions de F CFA définitivement réceptionné le 24 novembre 2010. Il s’agit d’une construction de trois (3) salles de classe de 9mX7m chacune en béton armé avec agglos et toitures en charpente métallique, avec une armoire maçonnée dans chaque salle de classe dans une zone qui polarise 1530 élèves et 16 établissements élémentaires. La plantation d’une centaine d’arbres d’ombrage environ, devant les 20 salles de classe (17 anciennes + 3 nouvelles) et sur le périmètre de l’école, avec un taux de survie satisfaisant et la rampe d’accès pour les personnes vivant avec le handicap, font preuve d’une bonne prise en compte des prescriptions environnementales et sociales dans les DAO. Un personnel composé de 3 agents est chargé d’assurer l’entretien des 20 salles de classe physiques. Les frais d’entretien totaux composés de la rémunération du personnel d’entretien et des intrants y afférents se chiffrent annuellement à 800.000 F CFA environ. Ils sont pris en charge par une partie des frais d’inscription.

Notons que dans le domaine de l’éducation, le Pndl a accompagné les Collectivités locales, pour un montant de 8,7 milliards, à réaliser : 197 salles de classe, 706 salles de classe équipées, 248 équipements éducatifs, 117 salles de classe réhabilités, 28 blocs administratifs, 134 latrines, 131 murs de clôtures.

Tout ce travail d’appui et d’accompagnement a été mené par l’Agence régionale de développement de Thiès avec le soutien actif des services techniques déconcentrés et des Autorités administratives.

Pour de plus amples informations

  • Monsieur Chérif DIAGNE, Directeur de l’ARD de Thiès, Tel 77 725 00 46
  • Monsieur Ousseynou TOURE, Spécialiste en communication et Formation Tel : 77 545 46 06

Vidéothèque

  • Videotheque
Contact | Plan du site