Programme national de développement local
Accueil » Actualités » Onzième réunion du Comité de pilotage du PNDL

Onzième réunion du Comité de pilotage du PNDL

Ce 31 décembre 2012, à l’Hôtel le NDIAMBOUR, en sa qualité de Président du Comité de pilotage, Madame le Ministre de l’Aménagement du Territoire et des Collectivités locales, en présence des principaux animateurs du Programme et des partenaires technique et financier, appréciera l’état de la mise en œuvre des différentes composantes du Programme.

Un budget de 16,9 milliards FCFA, soit une hausse de 2,1 Milliards par rapport à 2011 et de 16% en valeur relative, est soumis à la validation des membres du Comité de pilotage. La prise en charge de plusieurs activités à caractère technique et stratégique est au menu.

L’année 2012 a été caractérisée, au plan technique, par une mise en œuvre soutenue d’activités qui renseignent sur la prise en charge du PTBA 2012 à hauteur de 80%.

Au niveau de la Composante 1, les activités phares ont été mises en œuvre ; il s’agit, entre autres, de l’élaboration de la stratégie nationale de développement territorial, avec la validation du rapport diagnostic et du rapport de planification stratégique. Cette nouvelle stratégie prend en compte la dimension économique du développement territorial grâce à une implication du PADEL/PNDL. Il est aussi noté une importante production au niveau des réformes.

Au niveau de la Composante 2, la coproduction « Agences régionales de développement, Services techniques et Secteur privé » au profit de des Collectivités locales a donné des résultats positifs. A la date du 15 décembre 2012, les ressources allouées d’un montant de 8,2 milliards FCFA ont été notifiées aux 362 Collectivités locales bénéficiaires par la signature de 430 conventions de financement en vue de réaliser 981 microprojets. Sur ce montant, 5, 75 Milliards FCFA ont été mobilisés, soit un taux de mobilisation des ressources de 70%.

Les Collectivités locales bénéficiaires ont engagé avec le secteur privé 3,74 milliards FCFA de contrat et le trésor a décaissé 1,4 milliards FCFA, soit un taux d’engagement du Fonds de développement local 2012 de 65% et un taux de décaissement de 24%. Au plan physique, 266 microprojets ont fait l’objet de réception provisoire dont 12 réceptions définitives. Les maîtres d’ouvrage ont réceptionné définitivement 1.979 microprojets, soit une progression du taux de livraison de 129% par rapport à l’année 2011. L’appui à la maîtrise d’ouvrage des investissements a permis de mettre à disposition de 495 officiellement clôturées, et transmises au SEP/PNDL sur les 709 conventions de financement arrivées à terme.

Quant à la Composante 3, 102 sessions et ateliers sont notés durant cette année avec une option faite dans la gestion des ouvrages, la promotion de la bonne gouvernance à partir d’une approche participative de budgétisation, l’affirmation d’un leadership local orienté vers la nutrition. Un renforcement des capacités des Porteurs individuels économiques, une intermédiation financière avec les SFD, une prise en compte de la dimension genre, une mise à niveau des différentes familles d’acteurs sur l’enjeu du Développement économique local, cumulés à une livraison d’outils sur les procédures de fonctionnement des conseils de quartiers apparaissent comme une valeur ajoutée dans le portage du développement local. S’y ajoute l’appui à la planification locale de quarante neuf (49) documents de planification durant cette année 2012 pour une enveloppe globale de 118.560.000 FCFA.

Relativement à la Composante 4, le positionnement communicationnel du Programme sur l’espace du développement local s’affirme continuellement, grâce à une production soutenue d’outils et de supports de communication. L’information livrée sous divers formats accompagne, les acteurs locaux dans la compréhension des enjeux du développement local. La capitalisation des bonnes pratiques aussi bien sur le développement local que sur le développement économique local, porte les marques d’une ambition plus forte pour le secteur. Les retards notés dans l’opérationnalisation du système d’information et de suivi évaluation du développement local (SISE-DL) ont amoindri la portée de la livraison de l’information aux acteurs locaux.

Les difficultés notées portent sur les lenteurs dans la mise à disposition des ressources du FECL et du FDD ; sur le démarrage tardif des projets structurants ; ce qui n’a pas eu un impact réel sur l’amélioration des ressources locales ; le retard dans l’aboutissement de certaines réformes et la validation de la stratégie nationale de développement territorial. Les perspectives de travail en 2012, avec un budget de 16 970 385 765 F cfa permettent au PNDL d’atteindre ses objectifs de développement conformément aux nouvelles orientations de la tutelle et des Hautes autorités.

Vidéothèque

  • Videotheque
Contact | Plan du site