Programme national de développement local
Accueil » Actualités » Le PNDL affiche des résulats et mise sur une deuxième phase des projets en ancrage

Le PNDL affiche des résulats et mise sur une deuxième phase des projets en ancrage

Le Comité de pilotage du Programme national de développement local tient sa neuvième réunion, ce 30 Décembre 2011, à l’Hôtel NDIAMBOUR.

En sa qualité de Président du Comité de pilotage, Monsieur le Ministre de la Décentralisation, en présence des principaux animateurs du Programme et des partenaires technique et financier, appréciera l’état de la mise en œuvre des différentes composantes du Programme. Le budget de travail de 2012 s’évalue à 15 milliards 800 millions F CFA.

Le Pndl maintient sa dynamique axée sur les résultats. Sur un budget pour l’année 2011, de l’ordre de 12 Milliards de F CFA, un taux de couverture des besoins exprimés de l’ordre de 80% a été noté. Avec une mobilisation de la contrepartie de l’Etat du Sénégal à hauteur de 51% pour un montant de 2,9 milliards de F CFA.

Globalement, le Pndl enregistre un taux d’exécution financière de 68% et un taux d’exécution budgétaire de 94%. La mobilisation des ressources a permis au Programme de mener des activités au niveau de ses quatre composantes. Lesquelles activités tournent principalement autour de :

  • l’amélioration des fondamentaux qui permettent la mise à jour du cadre légal, réglementaire et institutionnel de la décentralisation avec plusieurs réformes arrivées à terme : (i) l’élaboration du guide de la planification locale ; (ii) la finalisation du guide sur le contrôle de légalité ; (iii) la capitalisation des Conférences d’harmonisation ; (iv) la validation de la Charte du partenariat ; (v) la validation des textes de lois portant fonction publique locale et statut de l’élu local. Plusieurs autres chantiers ouverts par les directions nationales, agissant au nom du PNDL en leur qualité d’agence d’exécution, sont en cours de finalisation. Ces différents instruments alimenteront le processus d’élaboration de la stratégie nationale de développement local.
  • un financement du développement local qui relève le nombre de Collectivités appuyées par le Pndl. A la date du 15 Décembre 2011, 866 conventions d’un montant de 30,7 milliards ont été signées. Ceci est attesté par la mise en œuvre physique des opérations d’investissements qui suit aussi un rythme appréciable. Sur les 3776 microprojets retenus dans les divers secteurs du développement local, 86% sont adressés aux secteurs prioritaires, soit 29% dans le secteur de l’éducation, 32% en hydraulique, 16% en santé, 4% en énergie. Les autres secteurs productifs se concentrent sur 14%. En outre, il faut noter que 2638 microprojets ont fait l’objet d’une réception provisoire par les Collectivités locales.
  • une dynamique de renforcement des capacités qui s’intensifie. Avec l’implication forte des agences régionales de développement dans le processus de renforcement des capacités, une mise à jour des nouveaux élus locaux a été enregistrée sur une vingtaine de thématiques touchant le développement local. 317 sessions ont permis aux cibles de s’approprier les rudiments de la gestion d’une collectivité locale. S’y ajoute l’élaboration de 120 plans locaux de développement, de formation et de communication au profit de 120 Collectivités locales, pour doter les Collectivités locales d’outils de pilotage du développement local.

Le Projet de développement économique local en ancrage au PNDL a mené des activités innovantes autour de l’opérationnalisation des maisons de développement local à Louga. Surtout, un travail d’appui méthodologique a été noté dans le processus de planification intégrant les dimensions transversales (genre, droits de l’enfant, environnement, économie…) dans la perspective d’une double planification. Aussi, la consolidation des activités autour de la vision de l’économie locale à travers l’agence de développement économique local à Louga participe à adopter un virage économique de la décentralisation. Ce travail se fait en perspective d’une mise en place d’une intercommunalité à l’échelle territoriale transcendant les contours des limites administratives.

Les difficultés rencontrées ont été mises en exergue lors de l’évaluation de la mise en œuvre du fonds de développement local : Il s’agit, entres autre :

  • (i) du retard dans la mise en place des ressources du FECL, du FENU et de l’IDA et de la mobilisation des contreparties au niveau de certaines collectivités locales qui constitue une contrainte dans la mise en œuvre des conventions de financement ;
  • (ii) des incidences notées sur les retards liés à la publication du décret de dévolution subséquente au découpage administratif qui affecte le taux de décaissement au niveau local ;
  • (iii) le retard accusé au niveau de certaines réformes, en particulier celles concernant les OCB qui a une incidence négative sur leur mobilisation en faveur du développement local ;

Vidéothèque

  • Videotheque
Contact | Plan du site