Programme national de développement local
Accueil » Actualités » Budget participatif : le PNDL mise d’abord sur une bonne compréhension de la démarche par les acteurs

Budget participatif : le PNDL mise d’abord sur une bonne compréhension de la démarche par les acteurs

Du 9 au 17 Novembre 2011, à l’Hôtel Laguna Beach (Mbodiène), les acteurs de la décentralisation s’initieront aux concepts de la gestion du budget participatif. Objectif : faciliter aux Collectivités locales l’adoption du budget participatif comme méthode de gestion.

Pendant dixjours, les acteurs de la décentralisation seront à l’école du budget participatif. Cette session pratique sera animée par l’Equipe d’Enda Tm / Ecopop. Cette activité de renforcement des capacités participe à l’amélioration des performances des acteurs. En effet, le Programme national de développement local et Enda Tm Ecopop, en scellant un partenariat, dans le cadre de la mise en œuvre des activités de renforcement des capacités, n’ont qu’un seul objectif : réussir le défi du développement local. Pour ce faire, ils souhaitent évoluer sur un registre où les l’implication, la participation de Tous ainsi que la cogestion devront constituer le seul viatique. C’est pourquoi, les animateurs du PNDL comptent davantage encourager les Collectivités locales à inscrire leurs activités sous le sceau de la gestion participative.

Après donc la mise en place d’un modèle de suivi évaluation plus participatif garantissant un niveau d’implication plus élevé des différentes parties concernées, en particulier les Collectivités locales, le PNDL change de cap. Il veut rompre avec le constat particulièrement observé au niveau des Collectivités locales, où l’élaboration et la gestion du budget s’effectuent sans la participation des franges importantes de la population. D’où l’enjeu de procéder à cette session de formation qui vise à former un pool de facilitateurs sélectionnés parmi les Responsables de la Formation des Agences régionales de développement, les Services techniques, les gestionnaires des collectivités locales (communes et Communautés rurales), etc. aux méthodes, outils et approches du Budget Participatif.

Au sortir de cette formation, les participants vont sensibiliser les acteurs locaux (populations, société civile et autorités locales) à la Gouvernance locale et le Budget Participatif y compris la conception et la production de supports scéniques. En outre, les facilitateurs vont développer des plans de démultiplication et de formation des élus locaux au Budget participatif, mais aussi et surtout accompagner les collectivités locales d’intervention du PNDL à élaborer des Plans locaux de développement qui articulent mieux l’approche de budgétisation participative, dans la planification locale.

En effet, la promotion des principes de bonne gouvernance locale, est au cœur de l’approche du budget participatif. Son efficacité se lit dans le souci de rendre les dépenses des Collectivités locales plus transparentes, mais aussi la volonté de stimuler la participation des citoyens à la prise de décisions relatives aux ressources publiques. C’est là, tout l’intérêt pour une Collectivité locale d’asseoir un budget participatif avec tous les avantages qu’il peut bien procurer aux Autorités locales comme à la société civile.

Aussi, la mise en œuvre du PNDL a permis à 482 Collectivités locales de mettre en œuvre près de 3700 microprojets pour un investissement de 31 milliards F CFA. Dès lors, il s’avère judicieux, de favoriser un contrôle citoyen plus strict et une implication plus rapprochée des populations pour une meilleure gouvernance locale.

Aujourd’hui, même si on peut noter que ces divers programmes et initiatives permettent d’élaborer de bons agendas pour le développement, force est de constater le décalage qui existe entre les actions programmées et leur prise en charge effective dans les budgets locaux du fait essentiellement de la faiblesse des ressources locales mobilisées, mais aussi la faible implication des principaux acteurs à la gestion locale. Il apparaît ainsi que les processus d’élaboration des budgets des collectivités locales en Afrique connaissent de réelles insuffisances surtout, en terme de transparence, de participation et de contrôle citoyens.

Fort de ces enseignements, il est essentiel de réfléchir et mettre en œuvre des stratégies alternatives de mobilisation de ressources et d’implication réelle des principaux acteurs pour impulser le développement local. C’est dans cette perspective que s’inscrit la mise en place d’outils participatifs, dans le domaine du budget, permettant une meilleure définition et financement des agendas locaux de développement. Les budgets participatifs sont orientés par quatre principes de base : (i) réorienter les ressources publiques en direction des plus pauvres ; (ii) créer de nouvelles relations entre municipalités et citoyens, c’est-à-dire une autre manière de gouverner ; (iii) reconstruire le lien social et l’intérêt général ; (iv) inventer une nouvelle culture démocratique et mobiliser le sens de la citoyenneté.

Les budgets participatifs ont un fort contenu social parce que les acteurs sont valorisés dans le processus participatif et les politiques publiques sont réorientées en faveur des pauvres. Ils ont aussi un fort contenu politique puisqu’ils sont fondateurs d’une nouvelle citoyenneté et du sens de l’intérêt général.

En outre, sur un autre registre, l’affectation des ressources et la reddition des comptes étant des éléments constitutifs d’une finalité d’une approche participative, il devient, dés lors urgent pour un Programme d’envergure comme le PNDL, de bâtir sa prise de décision sur une qualité de l’information, en soutenant quotidiennement les procédures d’élaboration des grandes décisions et en encourageant les acteurs à être en situation permanente d’apprentissage. Dans cet esprit, la présente session de formation vient à son heure.

Cette nouvelle posture amorce une rupture dans l’encadrement des Collectivités locales et correspond à une exigence de compte rendu rigoureux et exhaustif des investissements massifs portés par le Programme. En outre, la démarche partenariale inclusive enclenchée par le Pndl autorise une plus grande ouverture dans ses méthodes de travail, quoique bon nombre de partenaires manifestent le même souhait de transparence et de gestion orthodoxe des ressources mises à disposition.

Vidéothèque

  • Videotheque
Contact | Plan du site